Voyage 2012 - Récit - jour 7

Le temple de Karnak
Les jambes commencant à faire défaut on décide de prendre le petit déjeuner dans la salle à manger ou nous avons pris hier soir notre repas, un vrai régal. Mohammed est un cuistot qui ferait palir pas de mal de chefs étoilés, rien de comparable au buffet d'Hotel même *****
Aujourd'hui c'est la visite du temple de Karnak vers lequel nous nous rendons en bateau, traversant le Nil parmis les fers à repasser qui nous rappellent quelques souvenirs de notre première croisière. Le commandant de notre embarcation nous dépose au pied du temple. Bon, quand je dis au pied c'est pas tout a fait ça car il faut d'abord grimper, non sans quelques difficultés, la corniche qui sépare l'embarcadère de l'entrée.

A peine traversé la chaussée, qu'on se fait déjà houspiller pour prendre un taxi.
RRRHOOO, ils sont quand-même incroyables !!!!.

Enfin, une chance il est encore tôt, on trouve cela plutôt amusant et essayons de leur faire comprendre qu'avant de rentrer on aimerait bien arriver, ce qui est quasi impossible.
On se réfugie dans la cour d'entrée où nous sommes accueillis par une personne très attentionnée qui veut nous faire suivre la route de la bakélite chinoise, ce que nous déclinons et nous nous dirigeons directement vers le ticket office sur la droite de la place principale se trouvant devant le temple. C'est promis, la prochaine fois, j'en ferai des photos.
Notre parcours. Noter qu'il y a plus court pour l'entrée, par le parking et directement dans le patio.

Notre parcours. Noter qu'il y a plus court pour l'entrée, par le parking et directement dans le patio.

Les tickets en poche et après avoir regardé la maquette du site, on se faufile parmis les vendeurs que je trouve bien calme sans doute pas encore bien réveillés et arrivons dans l'allée des sphynx juste devant le 1er pylone. Nous présentons nos entrées présentées au garde et nous voici enfin dans ce temple majestueux.

Karnak, un labyrinthe commencé sous Sesostris Ier, modifié au fur et à mesure sous les différents rois successifs, n'hésitant pas à démolir, reconstruire et agrandir ce que leurs prédécesseurs avaient fait avant eux. Chaque roi y apportant sa petite touche perso.
Le parcour que nous empruntons est assez inhabituel, car en principe les groupes de touristes ne font que l'allée centrale jusqu'au Naos et reviennent au galop vers les bus après avoir pris leurs photos. Nous allons rester à l'écart de cette horde sauvage et allons la contourner par le temple de Khonsou pour revenir vers le Naos plus tard en passant par le lac sacré et ainsi reprendre le chemin habituel pour rentrer. Quel calme, aucun cri, aucune bousculade, et aucun guide non plus.

Le premièr endroit que l'on visite est le temple de Ramses III (dit l'obèse) car on peut facilement remarquer l'embonpoint qui le caractérise. il devait aimer les bonnes tables. Nous passons ensuite par la salle hypostyle ou l'on s'amuse à essayer de retouver les cartouches de Ramses II, avant de se diriger vers une cour ou plutot une salle de jeu LEGO immense où toute une serie de pierres sont rangées les unes à cotés des autres, attendant de connaître leurs place dans le puzzle. Nous arrivons au temple de Khonsou qui malheureusement est en plein travaux de restauration, mais on nous laisse tout de même se promener parmis les marteaux et autres outils afin de contempler ce bâtiment qui est le mieux conservé du site.
Le LEGO géant, le Naos et le lac sacréLe LEGO géant, le Naos et le lac sacré
Le LEGO géant, le Naos et le lac sacré

Le LEGO géant, le Naos et le lac sacré

Il fait très chaud et on se permet une petite pause à l'ombre d'un arbre avant de repartir vers le naos. Sur le chemin, un militaire et un gardien nous interpellent en nous demandant d'ou on vient et nous signalent que l'on ne peut pas passer dans ce sens parmis les pylones. Par contre dans l'autre sens ça passe très bien si l''on sait mettre quelque chose dans la main ouverte...pas de chance pour eux, on est du mauvais coté et on fait le tour par le lac ou l'on s'octroit une autre pause devant les échoppes. On en profite pour admirer toute les techniques du parfait vendeur que sont les guides.

-Ici, vous trouverez des articles que vous payeriez 2 fois plus cher en magasin, s'écrie un des guides.

Il oublie juste de dire que non seulement c'est faux et qu'en plus les gens lui payent une commision. Enfin..., les gens semblent satisfait de la bonne affaire et c'est pas nous qui allons leur gâcher leur bonheur.

Sur le chemin, on peut voir un scarabée sur un bloc qui selon la tradition veut que les femmes qui désirent avoir des enfants dans l'année'doivent en faire 7 fois le tour pour voir leur voeux se réaliser. Nous on va tout droit, traversant quelques vestiges encore bien conservés pour finalement arriver au Naos. Cette chambre contenanait la barque et la statue du dieu Amon prêt à aller faire la fête à Louxor. Ce sera notre point de retour que nous effectuons en suivant les gens qui assez bizarrement se tiennent tous à gauche. On est pourtant pas en Angleterre ?
En rentrant, nous devrons faire plusieures haltes afin de reposer les jambes de Maman qui jusque là a su tenir le ryhtme sans jamais se plaindre. Il faut dire que nous avons énormément marcher mais que devant tant de beauté on s'en rend pas compte.
Le plus dure ou du moins le plus désagréable reste cependant à faire, la traversée des marchands ambulants qui se font de plus en plus entreprenant. Nous avons découvert une astuce pour eviter de se faire harceler : nous voyons un monsieur avec une canne feignant d'être aveugle et qui aussitôt le coin tourné retrouve la vue comme par miracle. Bien joué !
Mais finalement tout ce passe sans encombre et l'on s'arrête au bout de la place pour prendre un café forcé (pas de bièrre en public, je comprend) et des glaces pour les dames qui n'arrivent pas à obtenir ce qu'elles désirent réellement. Il n'y aura pas de pourboire non plus.
Nous évitons la visite des échoppes chinoises en sortant directement par le coté où l'on prend un taxi jusqu'au musée des antiquités de Louxor. On arrive à négocier le trajet, le payons directement à l'arrivée et lui signalons qu'il ne doit pas nous attendre, ce sera chose vaine, il insiste pour que l'on paye plus tard. Il est sympa et honnête (il s'appèle pas Aton) mais tenons quand-même à payer tout de suite et lui disons que si il est encore là quand on sortira, il pourra nous reprendre comme clients.

Le guichet du musée est sur la route et avons du saisir la personne en charge de la vente des tickets car il sursaute à notre vue devant la vitrine et semble un peu désorienté. Comme partout en Egypte, il faut toujours chercher son chemin et arrivons à trouver l'entrée des toilettes que nous avons pris pour l'entrée prinicpale. Finalement des jeunes nous montrent le chemin correcte et pouvons commencer la visite. Visite assez courte, environ 1 heure à l'aise, très instructive où l'on peut admirer de très belles pieces. C'est vraiment un beau musée.
L'entrée du musée et le retour à la villaL'entrée du musée et le retour à la villa

L'entrée du musée et le retour à la villa

A la sortie, l'ami taxi nous attendait bien gentiment et comme prévu il nous conduit jusqu'au musée de la mommification. En étant plus sec, nous lui disons au revoir devant le pérron de l'entrée du musée qui comble de l'ironie est fermé ce jour là. Bref, on, se retrouve en haut des escaliers ne sachant trop que faire et décidons de rentrer car la journée a été intense. Mais que faire, notre rendez-vous est devant le Winter Palace qui se trouve encore à une bonne 1/2 heure de marche. Notre courageuse Maman nous assure qu'elle tiendra le coup et nous voila parti pour une promnenade à pied. Pas désagréable du tout, car pas beaucoup de monde. Sur le chemin bon nombre de calêchiers nous proposent leur aide, mais je me suis promis de ne plus faire souffir ces pauvres bêtes.

Arrivé devant le Winter Palace, nous descendons la corniche et prenons un coca (toujours pas de bièrre) et invitons par téléphone notre commandant à venir prendre quelque chose avec nous. Il se présente quelques secondes après. J'aime bien cette ponctualité des égyptiens. Aussitôt que vous avez convenu de quelque chose, vous pouvez compter sur leurs présence quoi qu'il advienne, bon parfois avec un petit retard mais finalement toujours au poste.

Le retour se fera en toute tranquilité, chacun admirant le Nil de son coté et se reposant en se laissant caresser le visage par l'air déplacé par le bateau.

Le restant de l'après-midi sera réservé à la piscine et au transat, c'est ça aussi les vacances. En soirée, le chef du village nous à invité à partager le repas de fête. Repas qui sera quelque peu amélioré à notre insu par notre ami Mohammed le cuisinier car il sait très bien que nous ne sommes pas trop habitué, nous aurons aussi droit au thé sur la piste de dance improvisée pour les hommes. Nous finirons la soirée sur la terasse en toiture avant d'aller se coucher et vous vous pouvez me croire cela s'est fait sans aucun soucis.

Sauf Patricia qui c'est fracturé le pied en voulant faire de l'escalde sur le toit pour prendre une photo de l'assemblée voisine. Mouais........

page suivante

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :