Voyage 2012 - Récit - jour 3

3è jour

Le musée archéologique
Petit déjeuner toujours aussi matinale. Le combi passe nous prendre à 8 heures, direction place Tahir pour la visite du musée archéologique du Caire.
La place est calme, pas de manifestatons comme vues à la télé. En générale les manifs, c'est le vendredi après la mosquée, mais aujourd'hui c'est mercredi et rien de visible à signaler.... R.A.S

Les photos étant interdites dans le musée et vu la délicatesse du personnel de la consigne, on préfère laisser les appareils photos dans le combi.
La visite guidée peut commencer. Je m'était pourtant promis que je ne prendrai plus de guide pour voir ce musée, mais pas possible de faire autrement et puis cela semble interesser les dames, Alors...

Bizarrement, il n'y a plus moyen de voir la palette de Narmer à l'entrée, désormais c'est la statue de Djoser qui se trouvait dans le Serdab qui accueille les visiteurs. Cette pierre est pourtant l'une des pièces maîtresses du musée, puisqu'elle réprensente l'unification de la Haute et la Basse-Egypte sous le rêgne de Menès ou Narmer durant la Ière Dynastie.

Cette palette doit bien se trouver quelque part maintnenant, mais où ???

Nous suivons donc Wallid comme de bons élèves, mais je sais bien que d'ici cet après-midi j'aurai dèjà tout oublié. Mon cerveau est en mode repos pour l'instant. Nous visitons le rez-de-chaussée consacré principalement à Akhénaton ainsi qu'à son épouse Nefertiti dont on peut voir la tête inachevée retrouvée sur le site d'Amarna par Ludwig Borchardt. L'autre buste, plus connu, se trouve au musée de Berlin.
A l'étage se trouve la salle des mommies animalières mais surtout la salle des mommies royales dont on fait le tour en 10 minutes, et puis comment passer à coté des trésors de la tombe KV62 de Toutânkhamon et bien évidemment son célèbre masque d'or. Juste à coté se trouve la salle des bijoux en argent où nous avons pu admirer le magnifique sarcophage de Psousennès Ier, le seul dans cet métal.
Nous finissons la visite en nous prélassant dans les allèes sur le chemin de la sortie qui se trouve désormais sur le coté de l'immeuble avec un passage forcé à travers de nombreux cafés et marchands de souvenirs......pas bête, pas bête du tout...... Mais que faire de tous ces babioles ?
Je ne sais plus ou les mettre, et apparemment ils croient que nous avons une vingtaine de bagages pour rentrer à la maison.
Ils réussirons tout de même à nous vendre quelques papyrus authentiques, tout en toc, fabriqués à base de canne à sucre et pour pas les blesser, on fait semblant d'y croire. La BA du jour est faite.

Juste avant la sortie, j'ai eu le privilège de pouvoir faire un tour dans la cabine mobile où le Petscan est installé et où, honte à moi, le scientifique a refusé mon pourboire. Comme quoi........


Déjeuner typique
Manger comme un égptien est une véritable expérience à faire au moins une fois dans sa vie.

Le combi s'arrête devant un genre de snack ou l'on vend de la nourriture en vrac dans des petits sachets en plastique ou dans des petites casseroles. Assez étrange. Je me dit, il va chercher à boire ou quelque chose d'autre.
- Et bien, non, il ouvre les portes, nous fait signe de descendre et de rentrer. On sent tous les regards se porter sur nous, mais nous sommes finalement très bien accueillis.

Il y fait une de ses chaleurs à l'intérieur ! Et en plus, étant dans un lieu public, pas de bièrre.

On s'assit parmis les quelques tables. Normalement c'est un self-service, mais comme ils voient qu'on est pas trop habitués, ils apportent le tout et la table se garnit rapidement d'assiettes ou plutôt de bols remplis de céréales accompagnés de genre de pâtes et d'épices variées. On me présente même de la bierre sans alcool que j'accepte vivement.
Il y a un petit récipient avec une sauce toute rouge et assez étrangement, personne n'y touche.
Maman, elle n'as pas trop confiance dans ce genre de nourriture et ne mange pas. Il est vrai que ça ressemble plus à de la nourriture que l'on donnerait aux chevaux, mais on fait honneur et on essaie malgré tout de vider notre plat.

Impossible d'arriver au bout et on s'excuse auprès du tenancier, qui nous répond :
- Pas grâve, pas de problème avec un petit sourire au coins des lèvres.

Ils doivent toujours se demander ce qu'on n'est venu faire ici.


Les mosquées
Après ce déjeuner copieux, nous partons visiter la mosquée Ibn Tulun, c'est souvent de cette mosquée que les émeutes démarrent. L'imam du coin doit être très convaincant.
Dommage qu'elle soit utilisée pour propager d'aussi pitoyables paroles, car elle est très jolie.
Nous laissons nos chaussures à l'accueil, les dames se couvrent les épaules et Wallid nous dirige vers le prechoir prinicipal où il nous fait une démonstration de prière. D'abord debout, courbé, ensuite à genoux, le front sur le sol.
Il nous explique ensuite à quoi servent les répéteurs, qui sont en définitive des places où une personne repète tout simplement les paroles de l'imam pour ceux situés plus loin.
La cour et un des répéteursLa cour et un des répéteurs

La cour et un des répéteurs

Après avoir récupérer nos chaussures et en versant un peu d'argent dans une urne pour les plus démunis, nous poursuivons par la mosquée du Sultan Al Hassan, toute aussi jolie. On y célebre rarement des prières, mais acceuille une école coranique.
Nous tombons en plein ménage, un homme monté sur un petit échaffaudage, souffle sur les lustres et un nuage gigantesque se soulève. Les livres et autres accessoires sont sortis aussi pour prendre un peu l'air. C'est assez amusant et bon enfant.

Maman admire tout en soufflant un peu, car la journée commençe à être longue.Maman admire tout en soufflant un peu, car la journée commençe à être longue.

Maman admire tout en soufflant un peu, car la journée commençe à être longue.

La suivante est la mosquée juste en face qui abrite les mausolées du Roi Farouk et du Shah d'Iran, la mosquée El Rifai.

Voyage 2012 - Récit - jour 3 Voyage 2012 - Récit - jour 3
Et pour terminer la journée, celle d'albâtre, la mosquée de Mohammed Ali, dans la citadelle de Saladin.
On commence à saturer mais elle vaut le déplacement aussi.
Sans rien dire, Maman se précipite vers un groupe de jeunes, et on se demandent ce qu'elle peut bien leur vouloir. En fait elle est partie demander si on pouvait prendre une photo d'eux.

Chose faite avec bon coeur et un large sourire. ils sont vraiment sympas.
Voyage 2012 - Récit - jour 3
Voyage 2012 - Récit - jour 3 Voyage 2012 - Récit - jour 3
En soirée, nouveau chabardement dans le programme, Aton nous propose un diner chez des bédouins près des pyramides en lieu et place du Cairo by night.
Je me dis, ça doit pas coûter des masses et ça peut être sympa.
Tout le monde est d'accord et nous voila parti en voiture vers notre point de rendez-vous pour embarquer dans des calêches, une pour nous, une pour Maman et Patricia, et une autre pour Aton qui nous accompgne. On se pose même pas la question de savoir comment elles vont avancer dans le sable.
La balade est assez secouée et l'ambiance assurée par le calechier. Il a réussi à brancher une clé USB sur une autoradio alimentée par une batterie, il en est fier et ça marche plutot bien !!!.

Après une bonne demi heure de piste, nous arrivons au camp où sont censés nous attendre nos fameux bédouins. Les malheureux chevaux sont épuisés et j'en suis attristés. J'ai presque envie de leur demander pardon.
Je m'attendais à avoir un feu de camp avec de la musique et des hommes en habits traditionnels, mais à la place on se retrouvent avec des hommes en trainings et baskets et la musique provient toujours de la clé USB. Ils allument un barbecue et sortent la viande de boites tuperware qu'ils ont emmener avec, car finalement nos bédouins se révèlent être nos calechiers.

Le piège est presque parfais et Aton n'hésite pas à nous demander 45 euros par personne et cerise sur le gateau, au retour, le transfert se fait devant l'échoppe familiale de papyrus.
Je dis ça car ils s'enlassent tous. Ca veut rien dire, mais en tout cas ils se connaissent très bien.
Pas de chance pour eux, Aton a déjà vider notre portefeuille, on a même du emprunter à Patricia parcequ'on avait pas assez.
A ce moment là, je me jure qu'il n'arrivera plus à nous soutirer le moindre sous non prévu de notre poche et que son pourboire, he bien...il vient de le recevoir.
Bref, on aurait mieux fait d'aller voir le spectacle son et lumière de Gizeh.

On fini la soirée devant un petit café au bar de l'hotel avant d'aller dormir et on se dit que dans l'ensemble c'était quand même une très belle journée, bien remplie.

page suivante

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :