Voyage 2012 - Récit - jour 8

La vallée des Artisants
Maman se reveille sans voix et Patricia avec un pied comme un pot de fleur. Les hopitaux étant ce qu'ils sont ici, elle préfère attendre que l'on soit de retour à Bruxelles pour se faire ausculter, ce qui va être très génant pour le reste du séjour. Heureusement, ce sera une journée de visite calme. Juste la vallée des Artisants au programme.
Comme tous les matins, Marie vient se joindre à nous pour déjeuner, discuter et programmer le transport de la journée. Nous recevons aussi un double des clefs afin de rentrer quand on le désire sans devoir déranger tout le monde. C'est nettement plus pratique.

Mohammed, notre chauffeur nous attend à la porte et toujours aussi courtois, aide Maman à monter dans le combi. Cette fois-ci il devra aussi aider Patricia. ha la la, les femmes........... Nous nous arrêtons à la pharmacie pour quelques pansements, le comble quand on sait qu'on en a donner tout un sac à Marie pour le docteur Zaheb de la mission pour les plus démunis. Il n'est pas facile de se faire comprendre, mais parvenons tout de même à avoir ce que l'on voulait.

Après avoir pris les billets au ticket office, Mohammed nous laisse sur le parking afin de graver les marches nous séparant de l'entrée du site. Quelques touristes français s'y trouvent dèjà et il nous faut attendre pour visiter la tombe d'Inerkau, le maximum de personne en simultané étant de 3 personnes par tombe. Le garde me demande de laisser mon appareil photo à la consigne, mais connaissant leur curiosité, je préfère attendre dehors et laisser les dames effectuer la visite seules, je l'ai fait l'année passée donc pas de bobo. Je suis quelque peu inquiet pour Maman, vu qu'elle commence à fatiguer, mais la voyant ressortir en souriant je suis rassuré.
Néanmoins, elle me précise qu'elle ne poursuivra pas plus loin la visite, c'est vrai que les marches sont un peu raides, et continuons la visite de la tombe de Pashedou à 3 qui est toujours aussi belle. a la sortie nous avons un deuxième abandon : Patricia et son pied qui commence à faire trop mal sans bandage. Nous finirons donc la journée à 2. Dommage car une nouvelle tombe vient d'ouvrir, celle d'Innefer, une vrai splendeur.

Nous retournons donc vers l'entrée pour demander à Mohammed de raccompagner Maman et Patricia et continuons ensuite la visite vers cette tombe mystérieuse. Un groupe de touristes se trouve en-dessous d'un toit pour se protéger du soleil. On hésite à demander s'il attendent leur tour. Le gardien voyant notre hésitation vient à nous avec les clés et nous invite à le suivre dans la descente. A peine entrés, il nous montre un trou dans le mur de gauche et murmurant "CHHUUUT" se faufile dans une antichambre.

Et là, quelle surprise !!!! On a l'impression d'entrer dans une tombe encore intacte, vierge de toute visite. A l'aide de sa lampe, car il fait très sombre, il éclaire un panier. J'ai des frissons et mes jambes tremble un peu à la vue du crâne qui s'y trouve. Il va même jusqu'a sortir un collier paré de bijoux d'un autre panier. Je crois rever et j'ai du mal à ne pas lui proposer un marché.

Je le regrette encore, mais bon...On est ici pour visiter, pas pour piller.

Voyage 2012 - Récit - jour 8Voyage 2012 - Récit - jour 8Voyage 2012 - Récit - jour 8
Nous apprendrons qu'il s'agit de la famille proche à Innefer et ressortons pour avancer vers la descente qui mène au tombeau. Les parois de la chambre funéraire sont encore comme quand il l'ont découverte, sans les parois en plexi, ce qui lui donne encore plus de grandeur. Après quelques explications de la part du gardien, dont je n'ai pas retenu grand chose tellement j'ai encore l'image de cette chambre secrete en tête, nous remontons vers la sortie. Cet homme là mérite un bon pourboire que je m'empresse de lui donner, très content de cette visite.
Nous bavardons encore un peu à l'ombre. Le vieil homme nous prévient contre les vendeurs plus bas, assez marrant quand on pense qu'il s'agit peut-être de sa famille et aussitôt après avoir repris des forces on descent vers la vallée des nobles en passant par le puit aux ostracas que l'on approche du mieux que l'on peut. Ai pas trop envie de tomber dedans surtout qu'il n'y a pas grand monde pour aider en cas de besoin.

Le puit, et une vue de la vallée des nobles où Il y a foule ce matin et c'est tant mieux.Le puit, et une vue de la vallée des nobles où Il y a foule ce matin et c'est tant mieux.

Le puit, et une vue de la vallée des nobles où Il y a foule ce matin et c'est tant mieux.

Nous arrivons sur la route principale où nous marchons sur le chemin du retour vers la villa. Nous avons juste le temps de faire quelques pas que dèjà un taxibrousse claxonne pour que l'on monte dedans. On hésite pas une seconde. Ils ne nous demandent même pas où on aimerait se rendre et après un ou deux kilomètres signalons que nous sommes arrivés. L'usage veut que l'on donne ce que l'on peut. Chose faite et prenons congés de nos compagnons de route l'espace de 5 minutes.

Nous aurions aimer faire le restant du chemin à pieds mais il fait trop chaud et arrêtons un genre de touc-touc avec qui nous avons quelques soucis pour indiquer notre destination. On arrive finalement à se mettre d'accord sur la direction à prendre, lui signifiant qu'on lui dirait où s'arrêter et montons à l'arrière, un peu comme du bétail. c'est plus agréable qu'on ne le pense, malgré les sièges un peu durs et la hauteur du plafond très basse.
Nous arrivons finalement à destination près du pont du village sans soucis et payons le trajet au chauffeur vraiment très sympatique.
Nous rentrons par le chemin à gauche vers l'ile aux bananes et qui longe le Nil pour arriver à la villa. Sur la route nous faisons des rencontres avec les villageois, les animaux domestiques et les moins domestiques, ceux qui finissent généralement dans l'assiette. C'est la vie et ici c'est le quotidien comme chez nous mais sans le chimique et le gaspillage.

Arrivés à la villa, tous le monde fait dodo, c'est l'heure de la sièste. Nous ferons de même, profitons un peu de la piscine, des transats et du calme qui règne dans ce lieu magique.
Le repas du soir est toujours aussi succulent, soupe faite maison et toutes sortes de plats différents chaque jours pour satisfaire notre faim. Bravo Chef !

Ce soir, nous sommes invité à un drink chez Marie en l'honneur d'un anniversaire d'une de ces amies. Au programme : Musiciens, danseurs, manger et boissons (encore) à volonté.

- Ils savent recevoir leurs invités ces égyptiens.

Evenement triste et en même temps relativement gag; un décès dans le village et les pleureuses professionnelles dans la rue nous obligent par décence à fêter cela dans un autre endroit. Ni une ni deux, le tout est démanagé en moins de temps qu'il ne faut pour le dire. Maman et Patricia dans une voiture, nous dans une autre et Marie et ses amis dans encore une autre alors qu'on ne connait même pas les gens, mais à aucun moment on se sent en danger. Nous arrivons chez une dame, anglaise apparemment, qui nous autorise à monter sur son toit où une plate forme est aménagée en salle de spectacle. N'ayant pas l'habitude de ce genre de pratique, j'en suis quelque peu gêné, mais visiblement ici c'est courant.

- Incroyable !!! ........en moins de 10 minutes on se retrouve au dessus de la chambre à coucher d'une vieille dame avec un orchestre et une vingtaine de personnes.

Ce sont les hommes qui dansent, appelant les invités à se joindre à eux. L'ambiance est superbement conviviale, l'orchestre excellent et les gens souriants à souhait, bien dans l'ambiance. On a pas l'impression d'être des touristes avec une casquette marqué "$" dessus. Mais toutes les bonnes choses ont une fin et après un bon moment de bonne humeur, quelques bierres, limonades pour les dames et quelques pas de danse, nous remercions nos hôtes et rentrons en taxi offert par la maison. Ils étaient top gentils ces gens, dommage qu'on ait pas eu l'occasion de faire plus ample connaissance. Ce sera certainement chose faite la prochaine fois.

En attendant, dodo. Demain, rencontre avec la reine-roi Hatchepsout.
Encore une belle journée à venir.

page suivante

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :