Voyage 2012 - Récit - jour 1 & 2

1er jour

Arrivée au Caire
20h25, et après un vol sans problème, avec Egyptair que je recommande sans hésiter, on passe les premiers contrôles. Je m'attends à voir Aton et, surprise, un steward tend une pancarte avec notre nom de famille. C'est l'hotel qui met une personne à notre disposition pour faire les démarches administratives (visa, papiers..)
Après avoir récuperer nos bagages, il nous dirige vers l'extérieur où cette fois c'est Aton, parmis une foule impressionnante, tenant une pancarte à notre nom avec un grand sourire. Impossible de se tromper.
On laisse un pourboire au steward et nous voila parti vers le taxi. Déjà une masse de chauffeurs nous interpellent malgré que l'on soit accompagnés et les bagages sur un charriot.

Ca commence fort :
- Laâ choukran
- laâ choukran
- laâ laâ laâ.
Ca marche pas des masses, mais on arrive finalement au taxi.

Un petit tour du Caire en voiture avec quelques explications sommaires, sans oublier de donner le chocolat promis à Aton, et nous voilà devant le Mena House Oberoi illuminé par de splendides lustres, on est un peu perdu devant tant de tralalas. Une entrée de princes.

Et là, deuxième surprise, tout en buvant un karkadê, le manager nous annonce que nous avons droit à un upgrade de chambres. En fait deux suites, Aga Khan pour Maman et Patricia, Jimmy Carter pour nous avec une incroyable vue sur les pyramides, salon de réception, salle à manger, 2 salles de bain. Il faut pratiquement un velo pour se rendre du salon à la chambre.

Maman est ravie. Moi, un peu inquiet du prix, car ce n'est pas tout a fait un cadeau. En réalité, j'ai du débourser un peu d'argent.

Sacrés Egyptiens !
- Monsieur Carter est content ? répète t-il avec un large sourire et en tendant la main.
Sacrés Egyptiens !

Mais ça vaut vraiment le petit accroc dans le budget.
Juste le temps de déballer les bagages, manger un bout au resto de l'hotel, ptrendre une douche et dèjà l'heure d'aller faire dodo. Demain tôt debout.
Juste le temps de déballer les bagages, manger un bout au resto de l'hotel, ptrendre une douche et dèjà l'heure d'aller faire dodo. Demain tôt debout.

Juste le temps de déballer les bagages, manger un bout au resto de l'hotel, ptrendre une douche et dèjà l'heure d'aller faire dodo. Demain tôt debout.

2è jour

Daschour et Saqqarah
Petit déjeuner à 7h30.
Un maître d’hôtel nous installe à une table que nous conserverons jusqu'à notre départ. On propose même une chaise à Maman, prononcez Mama en égyptien et ça l'amuse un peu. C'est pas trop dans nos habitudes mais ça fait plaisir.
Ben tiens !

Normalement, il était prévu de faire d'abord les pyramides de Kheops et autres, mais notre programme a été complètement boulerversé pour des raisons encore obscures à ce moment-çi de notre voyage, on en connaîtra la raison que bien plus tard.
La version officielle selon Atos est que le plateau de Gizeh reçoit la visite d'un ministre et beaucoup d'endroit seront inaccessibles. Mais en réalité, le but est de nous mettre dans une confusion telle qu'il nous est impossible de faire autrement, et ce afin de pouvoir nous soutirer un maximum d'argent durant ces 3 jours. Aton n'est finalement pas différent des autres chauffeurs au Caire.

La veille, on a donc pris rendez-vous avec Aton pour la visite de Saqqarah et les pyramides plus au sud, mais ce n'est pas lui qui se présente. Un chauffeur et un guide, Wallid, nous attendent à l'entrée. Pas tout a fait ce qu'on avait demandé, on ne voulait pas de guide mais bien un accompagnateur pour nous eviter les vendeurs à la sauvette. Tous ces changements me tracasse un peu.
Mais on est en vacance, il est là et on fait avec. Il est sympa en plus et puis c'est dans le prix.

La visite du jour commence par la pyramide rouge de Snefrou et une courte leçon de géo sur l'Egypte antique. Haute, Basse, le Delta, position de Dashour, Saqqarah.....dessinée dans le sable.
Wallid maîtrise le sujet et j'apprécie, bien que connaissant déjà ce qu'il nous explique.
Voyage 2012 - Récit - jour 1 & 2
Les explications terminées, nous allons rendre visite à la dernière demeure supposée de Snefrou.
Pendant ce temps-là, Maman s'est assise sur un rocher, elle n'ira pas à l'intérieur, beaucoup trop de marches pour elle. Pour nous aussi d'ailleurs, car si la descente est relativement facile, la remontée est extrêmement fatiguante, le manque d'air et les odeurs de fientes de chauve-souris n'aidant pas. Et puis, on a plus vingt ans. Hein ?
Devant l'entrée, un gardien attend notre venue avec gentillesse et politesse, assez surprenant pour un endroit aussi isolé. Ne pas oublier de lui donner un petit quelque chose car il a le mérite de rester sur place toute la journée, parfois même tout seul. Il m'a même invité à partager son casse-croute et son thé, mais comme la voiture attendait en bas, j'ai du décliner son invitation. Dommage, cela aurait pu être sympa.

Notre première pyramide, Quel spectacle !
Voyage 2012 - Récit - jour 1 & 2
Voyage 2012 - Récit - jour 1 & 2
Voyage 2012 - Récit - jour 1 & 2
Voyage 2012 - Récit - jour 1 & 2
Nous nous dirigeons ensuite vers la pyramide romboïdale, aussi de Snefrou mais antécédante à la rouge et suivante à celle de Meidoum. Elle fut abandonnée parcequ'ils se sont aperçus qu'elle commençait à s'écrouler à cause du poids, même après avoir réduit l'angle pour la soulager. Il n'est pas possible d'en visiter l'intérieur.
Juste à coté de celle-ci se trouve une plus petite attribuée à son épouse Hetépherès Ière, la maman de Khéops. Mais cela pose problème car elle dispose déjà d'une sépulture sur le plateau de Gizeh.
Ici aussi, quelques gardiens sont présents, mais nettement moins sympathiques et demandant ouvertement un pourboire.
Non mais !
On a peur de s'en approcher plus, tellement elle donne l'impression de s'effondrer.<br> Sur la photo du bas, l'entrée de la petite pyramideOn a peur de s'en approcher plus, tellement elle donne l'impression de s'effondrer.<br> Sur la photo du bas, l'entrée de la petite pyramide
On a peur de s'en approcher plus, tellement elle donne l'impression de s'effondrer.<br> Sur la photo du bas, l'entrée de la petite pyramide

On a peur de s'en approcher plus, tellement elle donne l'impression de s'effondrer.<br> Sur la photo du bas, l'entrée de la petite pyramide

Au loin, on aperçoit la Pyramide de Meidum

Au loin, on aperçoit la Pyramide de Meidum

C'est terminé pour Dashour, en route pour Saqqarah, et le plus vite possible car les dames ont un besoin urgent.
Passés le barrage de vendeurs, nous franchissons le porche aux parois lustrées comme des vitres et à ce moment-là, on se dit :
- Ca y est, on est tranquilles avec les babioles made in china !
Et bien ,non. Ils sont même à l'intérieur du site, mais pas trop harcelants.

On se faufilent parmis les marchand puis, grosse suprise, la pyramide à dégrés de Djoser est en plein travaux. Des echaffaudages énormes sur les flans envahissent le site et la moitié est inaccessible. On aurait voulu voir la statue à travers les 2 trous du Serdab, et bien, c'est raté !
Pas question non plus de passer sur le coté, des barricades nous en empêchent. Ca devient une habitude en Egypte.
Quelle mocheté

Quelle mocheté

Après être passés par les maisons du nord et du sud, nous ommes obligés de retourner sur nos pas et rejoignons Maman qui était resté assise près de l'entrée à contempler l'ensemble. Personne n'a oser la déranger.

On coutourne par les puits, que wallid désigne comme étant des mastabas, je commence à douter de ses connaissances, et continuons la visite par les sépultures des nobles de la IIIè Dynastie. En fait 2 ou trois sans grands interêts et passons outre celles que je voulais absolument voir : Iroukptah, la princesse Idout et celle des frêres jumeaux. Il ne connait aucune d'elles et me siginifie que seules celles-ci sont ouvertes.
Décidément ! Mais en moi-même, je me dit qu'on reviendra de toute façon et cette fois-ci, sans guide.

Maman commençant à être fatiguée et nous on en a assez de se faire trimbaler, on décide d'aller manger un morceau dans les environs.
Wallid nous trouve un joli petit resto où on est reçu en fanfare avec trompette et cymbales, mais aussi une petite assiette sur un pylone avec des billets dedans pour bien montrer l'endroit où on peut en déposer d'autres si on veut. Ce qu'on fera, juste pour jouer le jeu.
Au menu, barbecue de table et une bonne bière pour bibi.<br> Un délice !

Au menu, barbecue de table et une bonne bière pour bibi.<br> Un délice !

L'après-midi est réservée au plus belles tombes : Mêrerourka, kagememni et la pyramide de Teti I, que les égyptiens appèle Titi.
Aprés la plus jolie, Mêrerourka, notre courageuse Maman ne supportant plus la chaleur et commençant à être épuisée, va nous attendre dans le combi et faire la causette avec notre chauffeur qui jusqu'ici nous paraissait un peu timide. Maman commence à se faire un copain et va même jusqu'à offrir un cadeau à ses enfants. Depuis cet instant, il l'aidera à chaque montée et descente. On se demande dans quelle langue ils discutaient car lui ne parlais que arabe.

Il parait que le language du coeur est universel.
En haut, Mêrerourka. En bas, l'intérieur de la pyramide de TetiEn haut, Mêrerourka. En bas, l'intérieur de la pyramide de Teti
En haut, Mêrerourka. En bas, l'intérieur de la pyramide de TetiEn haut, Mêrerourka. En bas, l'intérieur de la pyramide de Teti

En haut, Mêrerourka. En bas, l'intérieur de la pyramide de Teti

Normalement, il était prévu de visiter le mastaba de Ty ainsi que le Serapeum, mais nos jambes n'en peuvent plus. On décide donc de rentrer et pas de "1001 épices" ou "Maison du Papyrus" sur le chemin, de veritables pièges à touristes de toute beauté.
Notre première journée de visite s'achève donc ici, ravis d'avoir vu d'aussi belles choses mais épuisés, On profite du restant de la journée pour s'adonner au joie de la piscine où l'on rencontre le chef cuisinier super sympa à qui on promet de venir prendre un Lunch un des jours suivants.

Chez moi, une promesse est une promesse et nous la tiendrons, même si cela mécontente Aton.

En rentrant à l'hôtel, Il nous a téléphoné pour nous proposer autre chose que le spectacle des derviches tourneurs en soirée, il nous suggère une croisière-diner-spectacle sur un bateau, mais ne dit pas le prix. Ici aussi, il nous sort un scénario digne d'Hollywood et n'ayant pas envie de discuter en vacances, on accepte.
On aurait pas du car ça n'en valait vraiment pas la peine d'autant plus qu'au lieu des 19 euros initials, cela nous revient à 180 euros. Patricia s'est même vu offrir une grande photo encadrée avec la danseuse. Prix du cadeau : 35 euros, qu'elle accepte malgré nos avis contraires. La commission est nettement plus interessante pour Aton qui commence à me décevoir.

Après avoir pris un verre au bar de l'hotel, nous nous endormirons vite ce soir là en ayant encore en tête toutes les images de cette belle journée.

page suivante

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :